Ensemble Vocal de Saint François Xavier

Ave Maria d'Arcadelt (ou de Louis Dietsch) ... et la paraphrase de Franz Liszt

Partition (éditions de la Schola © 1951)

Curieux destin que celui de cet Ave Maria. Au départ, chanson (Nous voyons que les hommes font tous vertu d’aimer) publiée par Arcadelt (1507-1568) dans son Tiers livre de 1554, il fut ensuite harmonisé à quatre voix et adapté au texte de la Visitation par Pierre-Louis Dietsch (1808-1865). Chef d’orchestre de l’opéra, ayant assuré la 1ère de Tannhaüser en 1862, maître de chapelle de l’église Saint-Eustache puis de la Madeleine, Dietsch était réputé dans le milieu de la musique sacrée pour avoir écrit un Manuel du maître de chapelle l’année qui précéda sa mort. On ne sait ce qui motiva l’écriture de cette merveilleuse paraphrase de Liszt, qui nimbe d’abord la mélodie d’Arcadelt d’un carillon céleste, avant de faire entendre la polyphonie de Dietsch sur le clavier principal (car l’auteur a pris le soin de noter avec précision les claviers requis pour les différents passages, les nuances, les phrasés, signes d’articulation, et même quelques doigtés). La pièce, dédiée à Alexander Wilhelm Gottschalg, l’un de ses organistes de prédilection qui en a réalisé une copie, s’éteint dans une lumière crépusculaire.

Eric Lebrun

Ave Maria d'Arcadelt (ou de Louis Dietsch) ... et la paraphrase de Franz Liszt

Partager cet article

Repost 0