Ensemble Vocal de Saint François Xavier

La musique sacrée

Dans son allocution à la Vieille Chapelle de Ratisbonne,

Benoît XVI a affirmé que le chant et la musique sacrée ne servent pas seulement à "embellir" la liturgie, ils sont eux-mêmes "liturgie".

Une musique sacrée solennelle avec chœur, orgue, orchestre et chant du peuple, n’est donc pas un ajout, qui encadre la liturgie ou la rend agréable, mais une façon importante de participer activement à l’événement cultuel.

Benoît XVI

zenit

Nombreuses sont les interventions du Pape visant à attirer notre attention sur l’importance de la musique sacrée comme devant être « un art authentique », « imprégnée de dignité et de beauté capable d’introduire dans les Saints Mystères ».

Sans vouloir polémiquer, il faut admettre que la musique sacrée a fait les frais d’une mauvaise lecture du Concile Vatican II selon laquelle la liturgie devait être modelée par les fidèles au gré de leurs goûts personnels. On a même attribué au Concile une prétendue interdiction de la langue latine et du chant grégorien !

La nécessité de la création d’un nouveau répertoire a généré des musiques, souvent de mauvaise qualité, soumises aux phénomènes de mode et prétendant adapter la liturgie au monde moderne. Or le Concile ne demande pas une rupture avec la tradition et aucun texte officiel ne nous invite à procéder ainsi. Au contraire, le chant sacré doit préserver son originalité et ses fondements. De même que saint Paul nous exhorte à « ne pas prendre pour modèle le monde présent » (Lettre aux Romains - Chapitre 12), le chant sacré doit élever l’âme, et non la divertir. Il doit être une « porte ouverte vers le ciel » et non le miroir d’une société nombriliste. C’est grâce à une connaissance approfondie de la liturgie et des « règles de l’art » que le musicien, qui en reçoit la mission, peut concrétiser son inspiration et la mettre efficacement au service de la liturgie.

Jean Paul II, en commentant le psaume 150, (audience générale le 26 février 2003), demandait à la « communauté chrétienne » de « faire un examen de conscience afin que revienne toujours plus dans la liturgie la beauté de la musique et du chant. » Il continuait ainsi :

Il faut purifier le culte d'erreurs de style, de formes d'expression médiocres, de musiques et de textes plats, peu adaptés à la grandeur de l'acte que l'on célèbre. Le même appel retentit dans le Psaume 46, 8 : "Chantez des hymnes avec art !"

Jean Paul II

Vatican

Ce débat sur l’identité de la musique d'église n’est pas nouveau.

Au XIXe siècle, on déplorait dans la liturgie l’intrusion de "roucoulades lyriques", dont certaines relevaient de l’Opéra Comique. Le motu proprio de saint Pie X en 1903 voulait redonner à l'Église un répertoire qui lui soit propre. Ses effets n’ont pas été instantanés : le grand musicien Vincent d’Indy (1851-1931), paroissien de saint François Xavier, en témoignait par ces quelques mots dans la grande salle du Patronage, avenue de Saxe, lors d’une fête donnée pour les « amis de la Maîtrise » :

les bons chrétiens ne vont pas dans les music-halls, alors ils sont bien heureux d'entendre à leur messe paroissiale les petites mélodies des mauvais lieux !

Vincent d’Indy

feuillet paroissial de Saint François Xavier 1er juin 1914

Bientôt un demi-siècle après le Concile Vatican II, nous vivons encore une période de transition

pendant laquelle il nous faut apprendre à donner à la liturgie de Paul VI toute la beauté dont elle est capable. Nous avons encore à découvrir la richesse de la musique sacrée, définie par le Concile comme « trésor inestimable ». Elle inclut des formes musicales reléguées aujourd'hui à leur seul aspect culturel, le plus souvent interprétées en dehors des liturgies, et par conséquent vidées de leur sens. Il nous faut les réintroduire avec sagesse en leur donnant toute leur place et rien que leur place dans nos célébrations. Les fidèles qui sont dotés de compétences musicales doivent humblement prendre conscience de leur vocation à faire vivre la musique sacrée et se mettre à son service pour contribuer à son rayonnement.

Eric Leroy

Publié par la paroisse Saint François Xavier dans le Trait d'Union du Dimanche 13/05/2012.

La musique sacrée

Partager cet article

Repost 0