L'Ensemble Vocal prends de la hauteur !

Aucune démesure dans ce titre, simplement la précision de l'emplacement actuellement choisi pour exercer notre fonction liturgique.

Il a été rendu possible grâce à la présence de l'harmonium de la maison Sainte Agnès et le concours d'Olivier Gamble pour l'installer en bonne place sur la tribune du transept.

Pourquoi cette tribune, plutôt que celle d'en face, sur laquelle se tient l'orgue de chœur ?

Lors de l'installation de l'orgue de chœur en 1894 - lequel se trouvait initialement en bas - derrière le chœur, l'escalier d'accès direct a été condamné pour gagner de la superficie sur la tribune. On y accède donc par l'escalier de la tour de la façade, en passant par la sous-pente, au dessus de la voûte de la chapelle Saint Joseph. La complexité de cet accès rend impossible les aller-retours pendant une messe, notamment ceux nécessaires à notre chantre pour la direction des chants d'assemblée.

La tribune du côté Invalides, n'ayant pas été modifiée, a gardé son accès direct depuis le tambour d'entrée du transept. La présence de l'harmonium permet d'assurer un accompagnement de proximité, tandis que le grand-orgue assure les autres parties musicales de la messe.

Une sonorité exceptionnelle.

Ces deux tribunes sont caractérisées par leurs performances sonores. En effet, les sons se répercutent "comme dans une voûte du métro", et sont amplifiés et diffusés dans l'église par la coupole centrale. Ce phénomène constitue en quelque sorte une "sonorisation naturelle" plus fidèle et plus authentique que les meilleurs micros du monde !

La tribune de Saint Gervais

Nous faisons référence à La tribune de Saint Gervais car, à la fin du XIXe siècle, de nombreuses églises parisiennes, soucieuses "d'épurer" le répertoire sacré, avaient décidé de privilégier le répertoire palestrinien. (C'est ce mouvement qui donna lieu, par la suite, au Motu proprio de saint Pie X.) Pour ce faire, il n'était pas rare, que les chœurs soient installés sur des tribunes, perpétuant ainsi la tradition des cantorias italiennes. Cela s'est fait non seulement à Saint François Xavier, mais aussi à Saint Augustin, ou encore à Saint Gervais. C'est ainsi que Charles Bordes, alors maître de chapelle à Saint Gervais, créa une revue sur le chant liturgique, intitulée La tribune de Saint Gervais.

L'idée d'une harmonie venant d'une lieu situé à mi hauteur entre le sol et les voûtes, entre ciel et terre, n'est pas dénuée de sens ... !

Les recoins et détours de l'escalier qui conduit à la tribune de transept côté Invalides.

Publiée par Ensemble Vocal Saint François Xavier sur Jeudi 14 janvier 2021
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :